FAQ CAMPS 2020

Sur cette page tu retrouveras toutes une série d’informations liées aux camps en période de covid-19. Ces informations se veulent assez générales. Néanmoins, si tu es à la recherche d’informations plus spécifiques, nous t’invitons à également consulter les pages Camps 2020, Équipe d’unité et Parents.

Mesures de base : les camps peuvent se dérouler à partir du 1er juillet par bulles hermétiques de 50 personnes (animateurs et intendants compris). A l’intérieur de ces bulles, le port du masque et la distanciation sociale ne sont pas nécessaires, mais il est essentiel de suivre les règles d’hygiène (lavage régulier des mains, par exemple). Toute personne qui sort de la bulle (à limiter un maximum) doit porter un masque et respecter les règles de distanciation sociale.

Retrouve ci-dessous les réponses aux questions posées lors du live Facebook de ce mardi 26 mai. Cette FAQ évoluera en fonction des demandes qui nous parviennent encore.

Retrouve aussi toutes ces réponses à ces questions, et d’autres infos pratiques, dans le vade-mecum « ça va buller ! », ton nouveau livre de chevet pour les prochaines semaines.

Organisation

Il est possible d’arriver après le début du camp et de repartir avant la fin du camp (mais la personne fait partie des 50 participants au camp !). Si quelqu’un quitte le camp, il ne revient pas, car il devient vecteur potentiel du virus. Les allers-retours ne sont pas possibles.

Ce sera probablement autorisé fin juin, mais pas à plus de 10 personnes. La question sera tranchée sous peu.

Il ne sera pas possible pour un camp Pionniers de passer de camp en camp pour faire de l’animation ou même y passer la nuit.

Pour les autres, la question est en cours de réflexion. Les infos pratiques arrivent sous peu. 

Techniquement, oui, un bourgmestre peut demander via arrêté communal que les camps ne puissent pas s’organiser sur sa commune. Aujourd’hui, il y a une demande officielle du gouvernement pour que les communes ne prennent pas des mesures plus drastiques que celles du Conseil national de sécurité. Des discussions sont donc en cours entre les communes qui voudraient interdire les camps et le gouvernement.

Il y a cinq mouvements de jeunesse en Fédération Wallonie-Bruxelles (Le Patro, Les Scouts et Guides Pluralistes, Les Guides, Les Scouts et Les Faucons Rouges). Le protocole est le même pour chacun des mouvements ; par contre, chaque fédération en a édité des mesures parfois légèrement différentes.

Pour les unités-sœurs : les mesures sont extrêmement semblables entre Les Guides et Les Scouts. Les différences qui pourraient se présenter sont au niveau des camps Pionniers.

De notre côté, on a parfois un tout petit peu durci une règle pour être sûr que ce soit clair, qu’il n’y ait pas d’ambigüité et que ce soit pédagogiquement tenable pour les sections.

Aujourd’hui, il n’y a aucune consigne par rapport au woodcraft. Il faudra néanmoins être particulièrement vigilant, à la sortie de la feuillée, à pouvoir se laver les mains avec de l’eau, si possible, et des serviettes propres, ou du gel hydro-alcoolique.

Il est conseillé de fonctionner avec des toilettes sèches, mais si ce n’est pas possible, ce n’est pas grave tant que toutes les mesures pour que l’hygiène soit respectée sont mises en place.

Nous attendons l’avis des experts pour savoir si les animateurs peuvent enchainer les deux camps ou s’il faut laisser un laps de temps entre les deux.

Les précamps, qu’ils soient juste avec les animateurs ou avec les ainés, sont possibles tant qu’on reste avec un total de maximum 50 personnes différentes en tout et pour tout sur l’endroit de camp pendant toute la durée du camp.

Attention, ils ne peuvent pas commencer avant le 1er juillet

Proposer un camp au local avec les parents qui amèneraient les enfants tous les matins et les reprendraient tous les soirs n’est pas interdit. Par contre, son organisation dépend d’autres mesures que les nôtres, à savoir celles qui sont données aux stages et aux plaines. Nous n’avons pas ces mesures-là et ne les connaissons pas. Mais si vous décidez d’organiser un camp comme celui-là et le renseignez dans Desk, nous l’accepterons. Il faut cependant savoir que le fait de dormir à proximité de quelqu’un d’autre n’accentue pas la transmission du virus. Ce n’est pas parce qu’on organise un camp de ce type qu’on est davantage protégé.

L'instauration d'un "kiss and drive" répond à cette question (un document est en préparation sur le sujet).

Oui, car les règles dépendent de la communauté dans laquelle est implantée la fédération.

Il faut que le matériel soit désinfecté au moment du passage d’une unité / d’une bulle à l’autre.

Bien sûr, les courriers et colis sont bienvenus sur le camp.

Tout dépend de ce qu’ils font et où.

Participants

Une liste de consignes et de possibilités à étudier seront listées dans le vade-mecum que tu vas recevoir. Il faut analyser ces différentes possibilités. Si toutes ces options sont impossibles à mettre en place dans ta section, contacte ton animateur fédéral.

Si elle change, ce sera pour être revue à la baisse, en fonction de l’évolution de la situation. Il y a très peu de chance que ce chiffre soit revu à la hausse.

Nous avons demandé pourquoi 50 personnes et pas 40 ou 60, et attendons la réponse, mais nous ne pourrons pas négocier

Les personnes faisant partie d’un groupe à risque ne peuvent pas participer au camp, sauf si les parents marquent leur accord (pour les -18 ans) et que le médecin traitant rend un avis favorable.

Suis les règles établies dans le vade-mecum pour savoir si la personne peut intégrer le camp sans problème. Si le membre de la bulle était en zone orange ou rouge, il faut suivre les décisions gouvernementales. Tu trouveras plus d’infos sur les destinations concernées et les mesures à prendre ici.

Et si des parents ne veulent pas respecter les recommandations gouvernementales ?

Nous t’invitons à dialoguer avec eux pour tenter de trouver un accord. Les parents peuvent entendre que le non-respect de ces mesures puisse mettre mal à l'aise les animateurs. Par contre, l'application de ces recommandations reste bien la responsabilité des parents. Tu n’as pas à vérifier que les mesures ont bien été respectées, ce n'est pas ton rôle.

Non, car ils sont souvent dans les groupes à risque et on concentre les entrées dans la bulle au strict minimum : équipe d’unité, propriétaire, médecin, policiers et inspecteurs Coronavirus, le cas échéant.

Vous pouvez éventuellement faire la Promesse à un autre moment que pendant le camp ou organiser la Promesse sans le célébrant, quitte à la préparer avec une plateforme en ligne.

Non, ce sont deux personnes différentes. Ce n’est pas une question de nombre de familles présentes sur le camp, mais bien de personnes.

Deux sections de moins de 25 personnes peuvent partager le même endroit et former une bulle.

Si possible, il faut privilégier le contact téléphonique. Si une visite s’avère nécessaire, c’est possible mais en suivant des conditions strictes : un nombre minimal de membres de l’équipe d’unité, pour une période la plus courte possible, avec masque et en respectant la distanciation sociale envers les participants au camp.

Intendance

Les intendants font partie de la bulle, comme n’importe quel autre participant au camp. Les règles sont donc les mêmes pour eux.

Les bulles ne peuvent pas être à proximité les unes des autres, donc pas d’intendance commune. Si un propriétaire a divisé une immense prairie en deux pour accueillir deux sections, il ne peut pas y avoir de contact entre les deux bulles. Ce sont deux camps séparés avec deux intendances séparées.

Camps à l’étranger

Si le poste prévoyait un camp à l’étranger, il a été contacté par le Pôle International.

Pour le reste et notamment les plans B en Belgique, nous n’avons pas encore de réponse à apporter pour l’instant. La réflexion est toujours en cours, des infos pratiques arriveront sous peu.

Santé

Non, ce n’est pas possible en termes de RGPD. Par contre, la fiche médicale et l’autorisation parentale vont être modifiées et adaptées aux circonstances actuelles.

Deux nouveaux champs vont apparaitre dans la fiche médicale : l’enfant fait-il partie d’un groupe à risque et, si c’est le cas, le médecin a-t-il émis un avis favorable à sa présence au camp ?

Deux nouveaux champs également pour l’autorisation parentale : les parents doivent attester qu’ils connaissent les risques en mettant leur enfant au camp (ceci afin de décharger la responsabilité des animateurs) et que leur enfant n’a pas été en contact avec des personnes à risque depuis 5 jours au moins.

Les parents doivent absolument rentrer ces deux documents le premier jour du camp pour que leur enfant puisse participer au camp.

Nous sommes en contact avec Atouts Camps, qui fait le lien avec les propriétaires, pour voir ce qui est nécessaire en termes de nettoyage des bâtiments. Aujourd’hui, nous n’avons reçu aucune mesure à ce sujet, si ce n’est de désinfecter les sanitaires et les tables pour manger. Le mieux est que, quand vous arrivez sur un endroit de camp, vous vous assuriez qu’il y a au moins un jour d’écart avec le camp précédent et qu’un nettoyage en bonne et due forme a bien été opéré par le propriétaire.

Le port du masque n’est pas obligatoire à l’intérieur de la bulle. Vous ne devrez pas porter un masque pour animer et, si vous avez la visite de l’animateur d’unité, c’est lui qui devra en porter un. Par contre, toute personne de plus de 12 ans qui sort de la bulle (pour aller faire les courses ou chez le médecin, par exemple) doit porter un masque.

Une procédure très claire va être jointe au colis camp qui sera envoyé fin juin. La démarche à suivre ne dépend pas de nous mais du cabinet ministériel dont nous attendons des nouvelles.

Si un cas se déclare, les animateurs ne seront pas considérés comme responsables si tout a bien été mis en place pour respecter les conditions d’organisation.

Non, elle est conseillée, mais il vaut mieux favoriser toutes les mesures pour permettre le lavage des mains plutôt que se battre pour avoir l’eau courante. Il faut que les scouts puissent se laver les mains, eau courante ou pas.

La seule mesure qui est indiquée dans le protocole est qu’un enfant revenant du camp ne peut pas être en contact avec ses grands-parents dans les 7 jours qui suivent le camp.

Activités

Les activités dans les bois sont autorisées. La bulle peut sortir de son endroit de camp pour aller dans un autre, mais il faut bien respecter la distanciation sociale sur le trajet et se rendre dans un endroit isolé d’autres bulles / personnes.

Oui, cette activité n’est pas remise en question. Par contre, c’est un intendant qui devra aller faire les courses, et avec un masque.

Bien sûr, si les magasins acceptent vos contenants.

Ils ne sont pas interdits mais, attention, un enfant ou un ado fatigué, c’est une personne dont l’immunité est affaiblie et qui peut donc attraper plus facilement le virus.

Non. Les participants (animateurs, intendants, scouts) doivent dormir sur le camp.

Non, ce n’est pas autorisé. On ne dort pas en-dehors de sa bulle et on ne met pas les scouts en contact potentiel avec les riverains.

Il est également indiqué dans les mesures que « la marche comme loisir est interdite ».

Non. Tout comme les hikes de patrouille, marcher pour le plaisir de marcher est interdit. On ne met pas les scouts en contact potentiel avec les riverains. Des idées pour construire une totémisation en adéquation avec toutes ces mesures te seront proposées prochainement.

Elles sont déjà interdites habituellement. Les sanctions seront drastiques.

Les AnF de branche ont planché sur des programmes de camps alternatifs. Découvre-les dans les Ça se discoute en ligne de juin ! 

Transports

Cette année, il faut privilégier un transport famille par famille, si possible avec un seul parent dans la voiture.

Le co-voiturage n’est pas interdit mais avec un seul parent dans la voiture, des masques pour les + de 12 ans et en évitant de remplir la voiture avec le maximum de personnes.

Ce n’est pas interdit tant que le chauffeur et toutes les personnes de plus de 12 ans portent un masque à l’intérieur du car.

Kéolis propose des cars pour maximum 50 personnes sur le principe « une bulle, un bus ». La première rangée sera inaccessible aux clients (pour la sécurité du chauffeur).

Il sera donc très important de connaitre le nombre exact de personnes embarquant afin que Kéolis puisse mettre le car adéquat.

Seul le chauffeur, muni de gants, s’occupera du chargement et du déchargement des bagages. Le groupe embarquera et descendra par la porte arrière uniquement.

Les masques sont vivement recommandés pour toute personne de + de 12 ans.

Oui mais, encore plus que les autres années, il est essentiel de réserver ses places. Il faudra évidemment respecter les règles émises par la compagnie de transport.

Oui, si le trajet peut se faire en une journée, il n’y a pas de problème.