procédure de gestion de cas

Retrouve sur cette page toutes les informations utiles pour déclarer un cas de contamination au covid-19.

Rappels

Au sein de l’équipe d’unité, désigner une personne de contact qui sera l’intermédiaire entre les parents, les animateurs, et les services de tracing (le cas échéant). Cette personne de contact n’a pas obligatoirement une formation médicale. 

Le rôle covid de l’unité : 

  • dispose des coordonnées des adultes encadrants (animateurs) ;
  • dispose de la liste des participants avec leur nom, prénom, date de naissance, numéro de GSM (celui d’un parent si participant mineur) et adresse email (celle d’un parent si participant mineur) ; 
  • dispose des numéros de contact des personnes responsables du participant (parent ou tuteur).
  • Tenir un journal répertoriant toutes les personnes présentes lors des activités et leurs coordonnées ainsi que les numéros de contact (en cas de nécessité de contact-tracing). 
  • Attention : si une activité impliquant des personnes extérieures à l’unité a eu lieu (souper photos avec les parents par exemple), les coordonnées de ces personnes doivent également être consignées dans un journal.

Une personne de contact est une personne qui a eu un contact avec un cas confirmé de covid-19 dans un délai de 2 jours avant le début des symptômes jusqu’à la fin de la période de contamination (en général, 10 jours après le début des symptômes, ou plus si les symptômes persistent).

Dans le cas d’une personne asymptomatique dont le test PCR est positif, une personne de contact est définie comme quelqu’un qui a eu un contact avec cette personne dans un délai de 2 jours avant le prélèvement de l’échantillon, jusqu’à 10 jours après.

Certains enfants sont plus susceptibles de développer une forme sévère de covid-19. Des groupes à risque ont été identifiés par les associations professionnelles de pédiatrie belges qui ont édicté des lignes directrices permettant aux médecins traitants de prendre la décision, en concertation avec les parents et/ou les soignants impliqués, d’autoriser les enfants à fréquenter - ou non - l’école, les activités... La liste des patients à risque en pédiatrie est disponible ici.

Les parents dont l’enfant présente une maladie chronique grave sont invités à consulter leur médecin traitant ou spécialiste pour avis.

Etant donné que les symptômes liés au covid-19 sont peu spécifiques, il est important de rappeler que les enfants ne se plaignant que d’un rhume sont autorisés à participer aux activités de l’accueil temps libre. À cet effet, vous trouverez ci-dessous une symptomatologie plus adaptée aux enfants : 

Les enfants présentant des symptômes doivent rester à domicile et contacter leur médecin traitant 

Les enfants présentant des symptômes doivent rester à la maison et contacter leur médecin traitant : 

  • Fièvre (38° et plus) sauf si la cause de la fièvre est connue comme par exemple après la vaccination.
  • Toux ou difficulté respiratoire : les plaintes connues (par exemple chez des enfants qui ont de l’asthme) ne comptent pas SAUF si elles s’aggravent soudainement.
  • Rhume avec possible petite toux accompagnatrice et éternuements ET autres symptômes (telles que douleurs musculaires, fatigue inhabituelle, maux de gorge, maux de tête ou manque d’appétit).
    Les enfants se plaignant d’un rhume ou d’un nez qui coule à cause d’allergies peuvent aller à l’accueil. 
  • Altération du gout ou de l’odorat. 
Les adultes présentant des symptômes doivent rester à domicile et contacter leur médecin traitant 

Un adulte doit rester à domicile et ne peut pas venir animer/encadrer l’accueil ou l’activité s'il est malade ou présente : 

  • Au moins un des symptômes majeurs suivants d’apparition aiguë, sans autre cause évidente : 
    • toux 
    • difficultés respiratoires 
    • douleur thoracique 
    • perte de gout et/ d’odorat sans cause apparente 

OU 

  • Au moins deux des symptômes mineurs suivants, sans autre cause évidente :
    • fièvre 
    • douleurs musculaires 
    • fatigue 
    • rhinite (encombrement ou écoulement nasal) 
    • maux de gorge 
    • maux de tête 
    • perte d’appétit 
    • diarrhée aqueuse 

OU 

  • Une aggravation de symptômes respiratoires chroniques (asthme, toux chronique...), sans autre cause évidente. 
En cas d’apparition de symptôme(s) pendant l’activité : 
  • L’enfant doit être isolé des autres dans l’espace dédié (medical room).
  • Ses parents doivent être contactés immédiatement pour venir le récupérer.
  • Un adulte de l’accueil s’enquiert régulièrement de son état de santé auprès de lui (toujours le même si possible), en portant un masque et en se lavant les mains à l’eau et au savon ou gel hydroalcoolique après la visite.
  • Après le départ d’un enfant malade, cet espace doit être aéré et désinfecté.
  • Les parents devront contacter le médecin traitant qui jugera s’il y a lieu de réaliser un test PCR et si l’enfant peut reprendre les activités ou non.
  • L’enfant pourra reprendre les activités en fonction de l’évaluation faite par son médecin traitant ou du résultat du test. 

La procédure en cas d'apparition d'un cas covid+

En cas d’apparition d’un cas de covid positif au sein des enfants ou des adultes fréquentant les activités scoutes, la procédure suivante est à appliquer.

Il convient de répondre aux questions ci-dessous et de prendre les actions correspondantes.

La première chose à faire est de déterminer si l’enfant ou l’animateur a fréquenté les activités scoutes pendant la période de contagion. Pour rappel, celle-ci commence 48h avant l’apparition des symptômes (ou 48h avant le prélèvement si la personne est asymptomatique) jusqu’à environ 10 jours après le début des symptômes (plus si les symptômes persistent).

Si l’enfant ou l’animateur a bien fréquenté une activité scoute pendant la période de contagion, il faut déclarer le cas sur le formulaire en ligne et suivre les indications indiquées par ce formulaire.

S’il s’agit d’une première contamination au sein du groupe, la procédure se poursuit.

S’il s’agit d’une deuxième contamination (ou plus) au sein du même groupe sur les 14 derniers jours  prendre contact avec l’AVIQ (Wallonie) ou la COCOM (Bruxelles) afin d’évaluer, avec les services de tracing, si les contaminations peuvent être liées et s’il faut considérer qu’il s’agit d’un cluster (foyer).

  • AVIQ : 04.220.11.11
  • COCOM : 02.214.19.19

En fonction des réponses amenées par l’AVIQ et la COCOM et de l’apparition ou non d’un cluster, il est possible que les activités de la section doivent être interrompues pendant un temps. Il faudra alors se référer aux instances de tracing pour déterminer cette durée.

  • S’il s’agit d’un baladin ou d’un louveteau, tous les contacts qu’il a pu avoir avec d’autres personnes seront considérés comme à bas risque.
  • S’il s’agit d’un éclaireur, d’un pionnier ou d’un animateur, il faudra procéder à l’identification des contacts afin de déterminer quelles sont les personnes à bas risque et les personnes à haut risque.

Lorsque la personne ayant été testée positive au covid est un éclaireur, pionnier, ou animateur, le rôle covid de l’unité détermine, en collaboration avec les animateurs de section et avec la personne positive qui sont les personnes à bas et haut risque.

En clair, on cherchera à déterminer les personnes dont le malade a été particulièrement proche (plus de 15 minutes sans masque à moins d’1,5m).

Il s’agira par exemple des personnes à côté desquelles il a dormi, mangé, ou avec lesquelles il aura passé certaines activités (en fonction de la nature de l’activité).

L’aération jouant un rôle particulièrement important dans la propagation du virus, si l’activité s’est déroulée en extérieur, les contacts seront souvent à bas risque.

En intérieur, la qualité de l’aération influencera aussi la manière dont seront évalués les contacts.

  • Pour tous les contacts à bas risque : se référer au paragraphe Que faire en cas de contact à bas risque ?
  • Pour tous les contacts à haut risque : se référer au paragraphe Que faire en cas de contact à haut risque ?

Pour les contacts ayant été établis comme à bas risque, il n’y a ni test ni quarantaine mais une information doit être transmise aux parents et animateurs. Il faudra leur faire parvenir un courrier informant que la personne a eu un contact avec une personne covid positive, mais que ce contact est considéré comme à bas risque.

Ce courrier a pour but d’informer les participants et les invite également à une certaine vigilance (être attentif à l’apparition de symptômes, être particulièrement vigilant lorsque l’on rencontre des personnes à risque de développer des formes plus sévères de la maladie…).

Les activités scoutes ne doivent pas être interrompues et peuvent continuer normalement.

Les contacts ayant été établis comme à haut risque seront renvoyés vers leur médecin.

Celui-ci déterminera, en fonction du profil de la personne, s’il est nécessaire de faire un test et quel sera la durée de la quarantaine.

Ces éléments seront influencés par le fait que la personne soit complètement vaccinée, partiellement ou non vaccinée, ou qu’elle dispose d’un certificat de rétablissement.

Vous trouverez ici pour information les données telles qu’elles nous ont été transmises. Il convient néanmoins de renvoyer les participants vers leur médecin, lequel, plus au fait de ces procédures, sera le plus à même de leur indiquer la bonne marche à suivre.

Pour ce faire, il conviendra d’envoyer le courrier haut risque aux participants. Ce courrier les informe qu’ils ont été en contact avec une personne ayant été testée positive au covid et que ce contact est considéré comme à haut risque. Il les invite à prendre contact avec leur médecin traitant afin d’évaluer la nécessité de se faire tester.

Les personnes en quarantaine ne pourront pas rejoindre les activités de la section tant que leur quarantaine n’aura pas été levée.

Le reste du groupe peut poursuivre ses activités.